Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>
Retour
Denis MUSSO
20 juin 2020
"Empreintes"

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

"Empreintes"

J34

J’ai été ce matin intrigué par quelque chose. Une marque que je n’avais pas encore vue. Pourtant elle était bien là et sans doute depuis longtemps. Alors pourquoi ? Un nouvel éclairage, un regard différent, une pensée qui se fixe sur un point comme pour garder l’équilibre dans un environnement mouvant, agité, déboussolé ? En regardant bien, petit à petit, d’autres sont apparues. Certaines semblaient récentes. On en distinguait encore l’origine. Ce qui les avait façonnées. D’autres étaient plus profondes, plus étendues, plus anciennes. Leurs contours et certaines de leurs parties avaient commencé à s’estomper. Elles n’étaient plus que des filigranes composés d’arrières plans superposés au fil du temps. Les couches successives se réduisaient en certains points, en fils sombres tissant une toile d’araignée irrégulière. Certains étaient encore plus grossiers, figés, durcis comme le plomb vieilli autour des vitraux. Ces traces d’où venaient-elles ? Empreintes ? Une boule d’argile sous les doigts du sculpteur qui se transforme peu à peu, s’allonge, s’amincit et un visage, un corps, prend forme. Les traces des doigts sont encore présentes et laissent apparaître la matière travaillée, forcée ou apprivoisée, caressée. Certaines sculptures brutes laissent visibles ces gestes, ces forces, ces reprises, ces hésitations. D’autres sont polies, lisses, parfaites. La sueur, la fatigue, le doute, l’erreur, le découragement ont disparu. Le travail est sublimé en œuvre. Elle nous questionne, elle nous plait, on l’admire, on l’oublie. Et puis un matin on est intrigué par quelque chose. Quelque chose que l’on n’avait pas encore vu. Le détail oublié est là comme un grain de sable, déréglant le jeu huilé des rouages et dont le regard ne peut plus se détourner. Et tout revient à la surface et derrière l’œuvre apparait l’artiste, sa sensibilité, sa solitude, ses faiblesses et sa force créatrice. Il est couvert d’empreintes. La plupart sont invisibles jusqu’à ce qu’un matin, intrigué par quelque chose…

Le 19/04/2020

Photo: Sandra Dimbour

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
MOTS
1 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Brèves de confi-potes:  "In My Room"

Brèves de confi-potes:  "In My Room"

nées de la volonté de laisser une trace de cette période exceptionnelle...en rédigeant tous les...

Denis MUSSO
23 mars 2020
Brèves de confi-potes:    "Chambre à air"

Brèves de confi-potes:    "Chambre à air"

J13: J’ai toujours rêvé d’être un homme d’intérieur.On m’avait dit extériorise-toi. Va prendre...

Denis MUSSO
29 mars 2020
Compos de confi-potes: "Ode à la vie"

Compos de confi-potes: "Ode à la vie"

ODE A LA VIEPrivés de libertéRêve ou réalité ?Contraints de mettre un termeA nos courses...

Romy COLLET
22 mars 2020
Brèves de confi-potes: "Epi ça rime à quoi?"

Brèves de confi-potes: "Epi ça rime à quoi?"

Epi quoi? épidémieEpi de blé ,source de vieEpi pour pas pandémie?C'est pareil vous l'ai-je...

Bob HAULET
11 avril 2020
"Tu laisses ou tu prends"

"Tu laisses ou tu prends"

Tu vis dans une bulle, dans un décorRempli de papillons, de poussières d’orComme Cendrillon, une...

Romy COLLET
11 avril 2020
Brèves de confi-potes: "Se jeter à l'eau"

Brèves de confi-potes: "Se jeter à l'eau"

Photo: Sandra DimbourJ21 : « se jeter à l’eau »Comment savoir ? Ce n’était pas la première fois...

Denis MUSSO
6 avril 2020
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus